Close Menu
L’Université de la Saskatchewan
Nom de l'entreprise

L’Université de la Saskatchewan

Les outils d’évaluation MBTIᴹᴰ et Strong aident les étudiants autochtones de l’Université de la Saskatchewan à savourer le succès.

Tradition et type en vis-à-vis

 

La sagesse des anciens s’allie à la psychologie moderne au sein d’un programme singulier de formation professionnelle à l’intention des étudiants autochtones à l’Université de la Saskatchewan.

Dwayne Docken est le coordonnateur du perfectionnement professionnel du Aboriginal Students’ Centre de l’Université; il aide les étudiants à prospecter les renseignements sur les professions en jumelant l’idéologie aborigène traditionnelle à des outils d’évaluation tels que l’Indicateur de types psychologiques Myers-BriggsMD (MBTIMD) et l’Inventaire des intérêts professionnels StrongMD.

M. Docken décrit son travail auprès des étudiants comme une façon « d’encourager une démarche et une attitude positives; en d’autres mots, leur remettre entre les mains le pouvoir de réussir. Il reconnaît que son approche est plutôt inhabituelle, mais il précise qu’il existe une symétrie entre la théorie du type de personnalité et le concept autochtone de la roue médicinale.

Les aînés autochtones emploient la roue médicinale pour communiquer l’importance d’un équilibre physique, mental, émotif et spirituel. Ses modules concentriques s’insèrent uniformément à l’intérieur de quatre quadrants. La roue symbolise la relation qui existe entre toutes choses; elle symbolise aussi la nécessité d’une bonne orientation dans l’univers et la reconnaissance du principe que tous les éléments sont d’égale importance.

M. Docken souligne que l’outil d’évaluation MBTI est d’un apport pratique, car il affiche des messages comparables dans un langage et un contexte qui font le pont entre les anciens et les étudiants. Tout comme les éléments complémentaires et équilibrés de la roue, le tableau des types du MBTI présente des caractéristiques de personnalité et des préférences distinctes, mais tout aussi valables les unes que les autres : toutes sont essentielles au maintien d’un équilibre idéal, que ce soit dans études, dans le travail ou dans la vie.

Ce sont des messages de grande importance que les étudiants autochtones reçoivent. Plusieurs d’entre eux sont aux prises avec des défis de taille : la dévalorisation, le retranchement culturel qui les éloigne de la population étudiante, le logement et l’alimentation, l’abus de drogues et le crime. Dwayne Docken affirme que l’outil MBTI donne aux étudiants le moyen d’examiner leurs opportunités et leurs obstacles, ce qui les aide alors à surmonter ces difficultés. « Cet outil les aide à prendre conscience d’eux-mêmes, il leur fait découvrir leur façon de réfléchir et reconnaître ce qui les allume. »

À partir du moment où les étudiants découvrent ces réalités, M. Docken emploie l’Inventaire des intérêts professionnels Strong pour cibler leurs intérêts de carrière en fonction de leurs préférences. « Je les aide à explorer leurs opportunités et à les simplifier, à écarter toutes leurs excuses et leur fournir un tremplin solide et équilibré pour réussir. L’outil MBTI révèle aux étudiants ce dont ils ont besoin pour mener à bien leurs ambitions; l’outil Strong les aide à formuler des attentes réalistes pour leur carrière éventuelle. »

Quand il s’agit de contrer le décrochage scolaire, la méthode de M. Docken connaît un certain succès : aucun des 92 étudiants auprès desquels il a travaillé au cours des 18 derniers mois n’a quitté ses études. Le taux d’étudiants autochtones qui achèvent leurs études à l’Université de la Saskatchewan augmente d’année en année. Plusieurs se sont engagés auprès du Aboriginal Students’ Council (conseil d’étudiants autochtones). Cet organisme permet à plus de 1 600 étudiants autochtones d’exprimer leurs opinions sur les questions qui les préoccupent.

Dwayne Docken se dit fier de tous les cas de réussite, mais les expériences individuelles le touchent particulièrement. Une étudiante en quatrième année d’études en ingénierie, dont les parents sont ingénieurs, a quitté ce domaine pour s’adonner à des études en médecine vétérinaire. Il l’a aidée à redécouvrir sa passion pour les animaux. « Ce qui compte avant tout c’est ce qu’ils veulent faire et non ce que les parents veulent qu’ils fassent », dit-il. Il ajoute que des outils tels que le MBTI jouent un rôle déterminant lorsque les étudiants arrivent à comprendre que l’évaluation « concerne l’individu et non la société. C’est un exercice qui doit se faire à partir du fond de l’esprit et non à partir de notion apprise ou en fonction de ce qu’il croit que le test veut lui faire dire. »

Dwayne Docken dit : « En fin de compte, il s’agit d’aider les étudiants à cibler une carrière à leur mesure, pour laquelle ils travaillent avec acharnement et qui leur plaira. Je veux les aider à songer à leur avenir. Je veux qu’ils communiquent avec moi dans 35 ans; je veux pouvoir leur demander ‘êtes vous heureux?’ Car la carrière que nous choisissons doit être une carrière qui nous rend heureux. »

 

Dwayne Docken est coordonnateur en perfectionnement professionnel auprès du Aboriginal Students’ Centre de l’Université de la Saskatchewan. Il cumule plus de 25 ans d’expérience dans les domaines des sports, de la programmation de loisirs et du perfectionnement professionnel. Il doit son éducation à un ainé autochtone à Régina; il a reçu sa formation auprès de Linda Kirby à Toronto. Dwayne Docken investit dans son travail un heureux mélange d’enseignement axé sur une culture traditionnelle, de la formation psychométrique et une riche expérience de vie personnelle.